Du droit à la pâtisserie, il n’y a qu’un pas, ou pas!

Du droit à la pâtisserie, il n’y a qu’un pas, ou pas!

Devenir pâtissière ?! Pourquoi pas !
Après des études de droit et un master en poche, j’ai décidé il y a 3 ans de tout plaquer pour faire des gâteaux !

Et non je ne me suis pas toujours dit « je veux être pâtissière »! Ce n’avait jamais été vraiment mon rêve, à vrai dire, je n’avais jamais envisagé ce métier.

Alors comment j’en suis arrivée là?!

Déjà toute petite je pâtissais avec ma famille! (pas de jugement hein, la mode n’était pas la même qu’aujourd’hui ^^).

 

IMG_2757              Ã€ peine un an et je participe déjà à la préparation du gâteau dominical!            IMG_2743

 

Puis adolescente et étudiante, je débarquais avec des cupcakes à ma moindre occasion ! (pas forcément très esthétiques mais j’y mettais beaucoup de coeur!)

156509_515384911806901_791990153_n.jpg

Ce que j’aime c’est faire plaisir, je ne suis même pas trop sucrée moi même, je troque aisément une tartelette contre une bonne part de pizza (oups il ne faudra peut-être pas que je dise ça, c’est pas bon pour les affaires, restez en aux tartelettes hein! ).

Côté parcours, après un bac général je me suis lancée dans des études de droit. Je suis allée jusqu’au master et j’avais commencé une préparation pour les concours de la police et de la gendarmerie. Mais j’ai réalisé que je ne me projetais pas du tout dans ces métiers. Je n’avais ni l’envie ni la force d’affronter chaque jour la détresse des victimes et l’arrogance des délinquants.

J’ai alors fait des listes de ce que j’aimais faire ou pas, du cadre de travail que j’avais envie d’avoir…croyez moi cette liste était très variée, d’agent immobilier à danseuse en passant par femme au foyer!

Mais finalement j’ai établi que j’avais besoin de créer quelque chose de mes mains ! Et surtout, je souhaitais apporter de la joie et du plaisir aux gens !

J’ai alors pensé à la pâtisserie. J’admirais les grands pâtissiers et fréquentais souvent les boutiques, mais je n’avais qu’une vision ‘de ménagère’ de ce métier. J’ai donc décidé de devenir vendeuse en boulangerie pâtisserie et d’effectuer un stage de pâtissier pour me confronter à la réalité du métier. Malgré les horaires et les contraintes physiques, j’ai adoré enfin faire quelque chose de concret et cela m’a convaincue.

J’ai eu la chance (après des mois de recherches intensives) de trouver un patron pour commencer mon apprentissage en septembre 2015. Eh oui, à 24 ans on coûte plus cher qu’à 16 ans! Et le cliché de la nénette qui regarde le meilleur pâtissier et qui veut faire comme à la télé est très présent chez les patrons, un peu réticents à engager des personnes (femmes) en reconversion.

C’est la maison Pozzoli (Lyon) qui m’a fait confiance et m’a permis de faire mes premiers pas dans un laboratoire de pâtisserie, en partenariat avec le CFA (centre de formation des apprentis) François Rabelais de Dardilly. Ils ont compris ce que ma formation en droit m’avait apporté, notamment de la rigueur et de la persévérance. Cette année a été très riche en apprentissages, j’ai découvert des techniques, des produits, du vocabulaire et les spécificités du métier.

Etre pâtissier c’est créer de nouveaux produits, certes, mais c’est avant tout être capable de reproduire des pâtisseries identiques tous les jours, de fournir un travail de qualité constante.

Il y a un aspect répétitif et routinier dans l’organisation du travail que j’apprécie : en arrivant, on s’occupe des cuissons et de la finition des produits avant des les envoyer en magasin. Il est tôt (entre 3h et 4h du matin) et les gestes sont bien rodés et automatisés. Ensuite on fait place nette, on détermine la liste de travail du jour et la deuxième journée commence. C’est la production : biscuits, crèmes, pâtes, ganaches, petits fours… (vous pourrez retrouver plus d’informations sur une journée type de pâtissier dans un autre article, lien).

Grâce à mes collègues et leurs conseils avisés, à mes cours et à mes proches (qui ont été de gentils cobayes!), j’ai obtenu mon CAP pâtissier en juin 2016. 

J’ai ensuite décidé de poursuivre en mention complémentaire pâtisserie spécialisée (confiserie, chocolaterie, glacerie). J’ai changé d’entreprise pour rejoindre la maison Drap (Lyon), qui se lançait dans la pâtisserie (un chef pâtissier et moi, apprentie).

Cette deuxième année a été l’occasion de progresser techniquement. Durant ma première année, j’ai surtout découvert le métier et les bases, sans avoir vraiment l’occasion de prendre des décisions ou de toucher à tout. Au contraire cette année mon maître d’apprentissage a été très investi dans ma formation (merci Wilfried!). Il m’a permis de réellement progresser et d’être capable de réaliser toutes les pâtisseries proposées, dans leur intégralité. Mais il m’a également laissé faire tous les tests que je voulais et j’ai pu développer et proposer des produits de ma création à la vente : en exemple le dôme passion framboise crée pour la St Valentin.

img_2883.jpg

J’ai appris à organiser l’espace et le temps de travail et à gérer les stocks de matières premières et de produits finis. Seule en pâtisserie deux jours par semaine, j’ai dû apprendre à travailler en totale autonomie, à gérer mon stress et à gagner en rapidité. Si j’ai mis un peu de temps à m’adapter à ce nouvel environnement, où on en attendait beaucoup plus de moi que lors de mon expérience précédente, c’est une réelle fierté aujourd’hui de voir à quel point j’ai progressé et ce dont je suis capable aujourd’hui.

Tout au long de l’année, j’ai également été amenée à créer des entremets et buffets pour des amis (anniversaires, mariage, thèses…). Cela a souvent été synonyme de coups de pression et de scènes de guerre dans ma cuisine, mais cela m’a permis de développer ma créativité et de repousser mes acquis en cherchant de nouvelles idées et techniques pour les surprendre et leur faire plaisir.

405.jpg
buffet de thèse : verrines, cannelés, choux et tartelettes

Aujourd’hui j’ai terminé mon apprentissage et j’ai obtenu ma mention en juin. Je travaille actuellement Au Pain des Traboules, 9 rue Lanterne 69001 Lyon. Seule aux commandes de la partie pâtisserie, je laisse libre cours à mon imagination et je m’éclate !

N’hésitez pas à passer goûter mes créations sucrées et le bon pain au levain de mon patron!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s