Rythme de vie d’une pâtissière!

Rythme de vie d’une pâtissière!

Être pâtissier c’est se lever avant tout le monde pour pouvoir proposer des douceurs dès le petit jour! C’est un rythme de vie décalé, qui demande quelques adaptations!

D’étudiante à ouvrière en passant par apprentie!

1- De la vie étudiante à la vie active

Avant de devenir pâtissière, j’étais étudiante en droit. J’ai arrêté avant de réellement travailler dans ce domaine (en dehors de quelque stages). Et à part quelques emplois saisonniers je ne connaissais pas la vie active.

Je pense que cela est valable pour tous les métiers, quand on rentre dans le monde du travail, le quotidien est bousculé. Un étudiant peut se permettre de louper quelques heures de cours, il organise son travail personnel et ses horaires comme il veut. En dehors des examens et des deadline, il n’y a pas de contraintes quotidiennes. A l’époque je ne comprenais pas les responsabilités qu’un emploi engendrait. Je me rappelle avoir beaucoup embêté un ami parce qu’il ne voulait pas continuer la soirée avec nous parce qu’il devait se lever tôt. Vous pouvez être sûrs qu’il ne manque pas de me le rappeler quand je veux m’esquiver en soirée et que les rôles se sont inversés!!

107f7847db40a9cf89d921ca6e6f292e

2- Nouvelles responsabilités

Travailler c’est avoir des responsabilités. Le quotidien et le travail d’autres personnes dépendent de nous. On ne peut pas se permettre de louper un jour parce qu’on a pas envie, et laisser une boutique vide!

Je me rappelle d’un point de la « déontologie de l’apprenti pâtissier », énoncée dans « livre du pâtissier » (ouvrage de référence pour passer le CAP) :

Ponctualité, arriver et partir à l’heure.

Je pense que c’est la base dans tout domaine mais surtout professionnellement. Je suis assez consciencieuse et j’ai envie d’être à la hauteur des attentes que mes patrons placent en moi. Malgré tout il peut arriver de se rater et d’arriver un peu ou bien en retard!!

Aujourd’hui je gère seule la partie pâtisserie d’une boutique. Il faut donc que je sois bien organisée pour que les commandes soient prêtes à l’heure, que la boutique soit bien fournie et qu’il n’y ait pas de rupture de stocks!

3- Rémunération

Une grosse différence entre être étudiant, apprenti ou ouvrier c’est bien sur la rémunération! Alors pour être honnête je ne suis pas très attachée au côté financier, tant que j’ai de quoi vivre sans trop me poser de questions ça me va!

J’ai eu la chance d’avoir des parents qui ont subvenu à tous mes besoins et m’ont permis de faire des études à Lyon. Je leur en suis tellement reconnaissante (surtout quand je leur ai annoncé après quasi 6 ans de droit que j’arrêtais et que j’allais faire des gâteaux!).

L’apprentissage m’a permis de commencer à gagner un peu d’argent (comme j’avais plus de 21 ans je touchais à peu près 800 par mois la première année) pour finalement devenir indépendante financièrement (je gagnais 1300 la deuxième année et aujourd’hui je suis à 1400 net). C’est un grand plaisir et une fierté de gagner sa vie et s’auto suffire! je me rappelle de ma première paie et du bonheur de pouvoir payer une tournée générale pour fêter ça! Fini les astuces d’étudiant pour gratter par ci par là, manger et boire discount!

  • Les horaires décalés

1- Trouver son rythme de sommeil

En fonction des entreprises, un pâtissier peut commencer entre 2h et 5-6h. Certaines grosses boites ont également des équipes de l’après midi mais c’est plus rare.

Aujourd’hui je commence à 5h (c’est le fête avant c’était 3h ou 4h!) donc réveil entre 4h15 et 4h30. Généralement c’est à ce moment là que les gens qui me disaient « ohhhhh pâtissière c’est trop chouette! » commencent à trouver le métier beaucoup moins attrayant!

Alors oui, c’est contraignant et pas toujours facile! Les deux premières années ont été vraiment compliquées à ce niveau là. Le corps n’est pas habitué, on le réveille en plein cycle de sommeil! Pour s’en sortir il y a deux options : se coucher super tôt ou faire des siestes! J’ai tenté les deux en même temps au début mais du coup absence totale de vie sociale ^^

Aujourd’hui je préfère veiller un peu plus le soir et profiter, voir des amis, faire du sport, sortir et faire une petite sieste en rentrant du boulot. Il faut dire que j’ai la chance d’avoir une aptitude à m’endormir en quelques secondes n’importe où, ce qui est assez pratique pour les siestes!

3899151934_12452ff679_b

Alors oui, être pâtissier c’est se lever tôt, il ne faut pas être un gros dormeur à la base sinon ça peut vite être frustrant. Mai petit détail qui fait toute la différence : on finit tôt aussi! Je crois que ça c’est le plus agréable (surtout en ce moment avec les beaux jours qui reviennent!) : finir le boulot vers midi et pouvoir profiter de toute l’après midi! et comment on l’occupe ce temps libre?!

2- Dire non à l’inaction (et netflix!!)

Je plaide coupable, j’ai facilement cédé au canapé et à netflix (merci l’enchaînement des séries sans même avoir besoin de toucher la télécommande!). C’est très facile de rentrer un peu (beaucoup) vannée du boulot, manger un bout, dormir et se poser toute l’aprem dans le canap’! Et c’est un peu un cerlce vicieux, moins on en fait moins on a envie d’en faire!

C’est un changement de contexte personnel qui m’en a fait prendre conscience et qui m’a motivé à me bouger un peu plus et à m’investir dans des activités et sport.

Le métier de pâtissier est assez contraignant physiquement, c’est important de se muscler et de pratiquer du sport à côté. Aujoud’hui j’ai choisi le yoga (très complet pour le dos notamment), l’escalade, la natation et le patin à glace (pour le fun surtout!). De plus cette année je vais au boulot en vélo (à peu près 15min, ça réveille!).

Même si c’est parfait un peu dur d’enchaîner et de se motiver l’après midi, petit à petit on se crée un cercle d’amis pâtissiers boulangers qui ne travaillent pas non plus et on s’entraîne les uns les autres!

f0fc98441ab4e9fc064f02656df150be.jpg

3- Gérer son alimentation pour faire des petites brioches sans en devenir une !!

Je vous parlais de faire du sport pour rester en forme et être capable de travailler dans de bonnes conditions, mais l’alimentation est tout aussi importante.

Pour commencer, quand on est pâtissier…IL Y A DE LA BOUFFE PARTOUT TOUT LE TEMPS ! (Thkx Mr Obvious!)

kung_fu_panda_2_baby_poster_1_758_426_81_s_c1.jpg

Et pas forcément que du sucré, si on travailler avec des boulangers et des traiteurs il y a toujours une petite quiche ou un sandwich qui traîne! C’est assez difficile de se restreindre, surtout qu’avec le manque de sommeil on a toujours faim (les hormones de régulation de l’appétit sont produites pendant la nuit…). Et pourtant pour rester en bonne santé c’est essentiel.

Normalement (et c’est mon papa médecin qui le dit d’abord!), il faudrait que les repas de la journée soient répartis sur 11h maximum (petit dej à 9h -> diner à 20h max). Il est nécessaire de respecter une période de jeun chaque jour.

En pâtisserie on se lève tôt et les journées ne sont pas toutes identiques, mais j’essaye aujourd’hui au maximum de me prendre une petite pause dans la matinée pour boire un café et manger quelque chose (si possible pas des croissants mais plutôt des tartines ou des biscuits aux céréales complètes et un fruit, pas idéal mais mieux!). Ensuite j’attends le repas du midi (avec impatience parfois…#ventresurpattes) qui est souvent assez copieux, un petit goûter et un dîner plus léger (enfin ça ça dépend des sorties!).

D’ailleurs, en parlant de sorties, se lever tôt c’est bien beau mais on fait comment pour faire la fête, on attend le week end?!       741518.png

  • Les jours de congé (enfin LE jour de congé!)

1- Garder une vie sociale

Aujourd’hui tout mon entourage est quasiment dans la vie active, avec pour la plupart des horaires de bureau du lundi au vendredi. Les soirs de semaine sont plus calmes et ils se rattrapent le week end!

C’est là que ça se complique quand on travaille dans les métiers de bouche, les week end ne sont pas (sauf quelques chanceux!) synonymes de repos!

J’ai eu la chance de ne pas travailler samedi dimanche ma 1ère année, mais par contre la deuxième je travaillais tous les dimanches, et parfois samedi dimanche (les semaines où j’étais à l’école, ce qui fait du 7j/7 assez sympatique!). Cette année j’ai un seul jour de congé (le lundi).

Du coup, comment faire pour continuer à avoir une vie sociale?!!

Clairement les deux premières années j’ai beaucoup mis de côté les sorties et les activités en dehors du boulot. Je me couchais tôt et je faisais des siestes l’aprem et sinon je travaillais sur des recettes chez moi. Rajoutées à ça les semaines d’école et les quelques revisions qui vont avec, ma vie c’était un peu du 80% pâtisserie ^^

Aujourd’hui j’ai réussi à trouver un équilibre, je suis passionnée par mon boulot mais j’arrive à couper et profiter à côté.

J’ai toujours été assez fêtarde et j’aime encore bien sortir, même si ça veut dire peu dormir, je me rattrape en sieste! D’ailleurs je suis rarement la première à vouloir rentrer malheureusement, et c’est tellement facile d’engrainer tout le monde avec la phrase magique : ooooooh ça va tu bosses pas demain, TOI!

(et du coup on finit un peu comme ça…)

panda-fail_o_154124

Bref c’est comme on le sent mais je pense qu’il est important de s’aérer, aller boire des verres en terrasse, danser, rigoler! Le travail c’est important mais ça ne fait pas tout!

2- Mettre à profit ses repos

Bon et alors, un seul jour de congé ça fait quoi?! Honnêtement, c’est très court! Mais c’est la contrepartie d’un poste intéressant et avec des horaires plus cool.

Et comme je le disais, on finit tôt la journée de travail donc en se débrouillant bien et en partant en week end direct, ça fait un jour et demi!!

J’essaye de bouger régulièrement de Lyon pour aller voir de la famille ou des amis. Sinon quand je reste sur Lyon c’est la soirée classique du dimanche soir avec des collègues! Ca c’est quelque chose d’assez particulier et presque intimiste de sortir le dimanche, j’aime beaucoup!

Voila voila, un petit topo de la vie d’une pâtissière. Aujourd’hui je pense avoir trouvé un bon rythme qui me permet d’être efficace au boulot et de garder une vie sociale importante. Mais encore une fois l’adaptation du corps et du mental à ce métier a été assez longue et douloureuse!

N’hésitez pas si vous avez des questions! et sur ce, je vous laisse pour aller faire une petite sieste avant de sortir boire des bières en terrasse !

pandas.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s